Accueil -> Dr. Issa Ajaj

Dr. Issa Abderrahman Ajaj

Le D. Issa Abderrahman Ajaj, assassiné à son domicile le samedi 1er septembre à Deraa, était un chirurgien réputé. Très actif sur le terrain depuis le début de la guerre, il avait été arrêté puis torturé à plusieurs reprises pour avoir soutenu, guéri et sauvé des manifestants pacifiques.

Date du décès : 01/09/2012 (48 ans)

Le Dr. Ajaj, né en 1965 à Saham Al-Golan, est considéré comme l’un des chirurgiens les plus qualifiés dans la province de Deraa. Il était père de 6 enfants.

Conditions du décès :

Le samedi 1er septembre, alors que la ville de Deraa subit de nombreux bombardements, 18 personnes sont tuées par les milices du régime syrien. Parmi elles, un enfant, mutilé, retrouvé poignardé à Al-Qadam, Damas et le Dr. Issa Ajaj.

Malgré de nombreuses arrestations, dont une de 9 mois, son renvoi de l’hôpital national de Deraa au début de la guerre et la menace d’être assassiné par les forces du régime syrien, le Dr. Issa Ajaj a continué de sauver la vie des manifestants pacifiques et a refusé de quitter son pays pour sauver la sienne. L’avant-dernière fois qu’il avait été arrêté, le vendredi 25 mai 2012, il avait été torturé pendant 19 jours en prison et en était ressorti profondément mutilé.

Quelques semaines plus tard, Dr. Issa Abderrahmane Ajaj a été abattu de deux balles, dans la tête et la poitrine, à son domicile, le 1er septembre 2012. « Ses mains n’ont effleuré aucune arme, juste les instruments d’un chirurgien qui luttait pour faire exister chaque souffle de chacun de ses patients. »Libération le 6 septembre 2012

« Les mots ne peuvent décrire l’héroïsme de ses grands hommes qui sacrifient tout pour sauvegarder la fierté et la dignité de la Syrie. Le Dr. Ajaj est l’un de ses héros. Et ils ne sont pas que des nombres qui défilent dans nos pages, ils sont des symboles et des leaders, qui sont partis avant nous pour nous permettre d’atteindre la victoire. Oh nos héros, nous promettons de continuer le travail pour lequel vous avez sacrifié votre vie ». Extrait d’un journal de Deraa.